One more thing about the love contract

Today a friend said my previous article was perfect and had made their day. There’s no point in saying that but I felt like showing off.

Anyway we got to talk about it, they said that they handled their romantic relationships the same way they handled their friendships. I responded that paradoxically, the fact that there was no contract in my actual relationships had totally erased the fear of abandonment I had before. Which is amazing when I stop to think of it because that used to be a constant torture.

I think that’s because when there is a (metaphorical) contract – whether it’s a contract of exclusivity, or a hierarchical poly agreement or whatever -, it means that the person you’ve signed it with hold a privileged place in your life, and you hold a privileged place in theirs. And all privileges work the same; we’re terrified of losing them, because they are precarious.

I had never phrased it like that before, and it made a lot of sense because I’ve often tried to question my privileges before (even if i can’t erase the fact that I’m white, with a great cis-hetero passing and comfortable social situation), so I thought I’d share this.

 

And another song by the Dandy’s

 

Publicités

Love is junk

I am a junkie. I am very much into stimulating my reward system, and my brain can’t get enough of the resulting dopamine, serotonin, oxytocin and so forth.
Being mentally ill and lacking in basic neurotransmitters probably makes me more at risk of developing addictions. And if you mix that with poor confidence and lack of willpower, you get the perfect cocktail for a disaster.

So far I’ve been addicted to food, no food, sport, benzodiazepines, alcohol, weed and dissociative anesthetics… and people. Today i wanna talk about the latter.

I’m happy to say that I’m sober as I’m writing, and I’ve been sober for two weeks (i can’t wait to see my psychiatrist’s face when i tell him). Stopping weed was easy enough (i ran out, and it’s hard to get), I stopped buying alcohol, threw my dissociative in the drain, and i find the hardest addiction I’ve had to fight was the one related to love.

Most addictive tendencies i have are stigmatized in our society, but love isn’t. In fact it’s glorified, and we’re all supposed to be looking for it (especially women). And it’s hard to see it as something negative at all. It’s beautiful, it feels good, it gives a drive and a reason to wake up in the morning. It makes us smile and it brings joy and pleasure. All drugs feel good though, otherwise we wouldn’t use them. And like many others this one comes with a price.

In our patriarchal world, romantic relationships are separated from friendships, and seen as more important. They should be prioritized and they come with a whole set of rules, a tacit contract that we’re all supposed to respect even though we never signed up for it (and it’s a bloody shitty contract at that).

It implies:
– emotional and physical exclusivity
– having to communicate/see each other regularly
– having regular (even if not consensual) sex
– having to deal with your partner’s social life and relatives (whether you want to or not)
– making projects together (buy a house, make a kid, get married)

I wasn’t ok with that. I was never, really. And then i read about polyamory and thought this was a great way to avoid all that. How wrong I was. The thing is polyamory can’t work with those rules. Well maybe it can if you’re in a hierarchical relationship, but then it’s not really different from monogamy in the sense that you’re still very much bound to the love contract. It seems that people are terrified of rejecting this model, even though it restrains us from being free. I’ve heard a lot of poly people talk during gatherings we do in Paris that we call « Café Poly », and the same questions come up every time. « how do you deal with jealousy? »

That fucking question turns up every time and nobody seems to have an answer, it makes me want to go to the next café poly and ask about the meaning of life, the universe and everything, just to change the subject for a while.

I just got out of a long relationship. We were poly, anarchists in theory but very much hierarchical now that i think of it, and i let myself become totally and utterly dependent of my partner, to a point where i thought if we were to separate for one reason or another, i would have to die. That’s not the first time it’s happened. Last time was during my longest relationship, which was also my first. The first time I head « i love you » from someone, the first time i said it. It’s extreme, i grant you. The two relationships were pretty different but the things they had in common was that the more i let myself fall for those people, the less confident I was, the more dependent I became, the more alone I felt.

If I didn’t get enough attention from my partner, I would feel shitty, depressed, even suicidal when I knew they were with someone else. My mental health was totally linked to those relationships. I remember when my partner left me after spending a day together I would cry like my neighbour’s baby would when her mom left for work in the morning.

Maybe i’m more at risk or reproducing this pattern because of unresolved childhood trauma. I don’t remember much of it apart from crying every time my mother left me to school. I dunno, I’m no psychologist. But the thing i realized is that I only feel dependent of people with whom I have a romantic relationship. I do not fear losing my friends the way I fear losing my lovers. I do not seek or need the approval of my friends the same way, I do not feel horrible and anxious if I spend a day or two or ten not speaking to them. You could argue that I just don’t love my friends as much, but that’s not true. I care deeply about them and hope to have them in my life as long as possible.

I used to say that I didn’t trace a line between my romantic relationships and my friendships. Today I would say that I only have friendships. I used to live for romance and burning passion, now I live for stability and independence.

Something I forgot during my last long relationship, is that I am my first ally. I do not have to fear being abandoned by the people I care about, because I will always be there for me (and my rabbit too). I am my first friend, and i’ll never let me down. And it sounds trivial but remembering that has helped me bond with people in a more healthy way. When you don’t need someone is when you can exchange freely with them without expectations, without taking them for granted. And without that consuming addiction for each other i find the sex is still awesome. So there’s that.

I hope i never feel the need to say or hear « I love you » again. Those words have no meaning, or they have too much meaning. They’re heavy, and dangerous as far as I’m concerned. I’d rather hope me and my friends can express our affection in different ways. With words, touch, kisses, teeth marks and silly tweets.

Today I not only reject monogamy, but the concept of love altogether. And I think my relationships will only benefit from this.

 

I can’t resist sharing my favourite love songs by the Dandy Warhols, because fuck it

 

 

I’ve added a little something here check it out

Le système de soins psychiatriques est en pire santé que moi

TW: depression, suicide

922 mots, temps de lecture: 5min

Ces derniers temps ça n’a pas été facile. Comme certains d’entre vous on pu le lire dans cet article, mes troubles psychiatriques sont sévères, et mon suivit médiocre. Je me sens seule face à ma maladie, et le système soins qu’on me propose ne m’aide pas.

On m’a prescrit il y a quelques mois de l’Abilify, un neuroleptique, sans me dire pourquoi, ni me dire ce que j’avais. Je suis allée voir sur internet, j’ai lu « psychoses » et « troubles bipolaires ». J’ai demandé à ma psy si c’était ça. Sa réponse: « Vous avez un mal-être. »

J’ai fait confiance, j’ai pris ce neuroleptique à 70 euros la boite. Il m’a fait du bien un temps, mais pas assez. Je me sentais rechuter tous les mois et j’étais obligée de traiter ma dépression et mon anxiété par mes propres moyens, sans en parler à ma psy, car elle désapprouvait. Je lui ai demandé plein de fois s’il ne valait pas mieux utiliser un antidépresseur pour m’aider. Sa réponse était non, sans explications. Les idées de suicide, parties un temps avec l’Abilify, revenaient, de plus en plus souvent, de plus en plus violemment aussi. Ma douleur psychique s’intensifiait de nouveau malgré le traitement, et j’ai appelé ma psy pour lui demander comment l’arrêter. Encore une fois, pas de conseils, pas de ligne de conduite. Elle m’a simplement dit « je vous le déconseille » et elle m’a donné rendez vous 4 jours après. J’ai arrêté quand même, à mes risques et périls.

La douleur s’intensifiait toujours, peut être à cause du sevrage, et j’ai du il y a quelques jours aller aux urgences psychiatriques. Ils ont été très gentils mais n’ont rien pu faire d’autre que me donner un demi comprimé de Tercian pour l’angoisse. Je suis rentrée chez moi épuisée et désespérée. Ma douleur était extrêmement forte et ni ma psy, ni le service des urgences, ni personne, apparemment ne pouvait rien y faire. J’ai pleuré très fort et longtemps, je n’en pouvait plus. Monsieur Z est arrivé chez moi en catastrophe craignant pour ma vie. On s’est endormis épuisés.

Le lendemain matin nous sommes allés ensemble à mon rendez vous avec la psy. Je ne parlais pas. Z a dit qu’il ne savait plus quoi faire pour m’aider, qu’on se sentait impuissants et perdus. Je pleurais. La psy a proposé l’hôpital psychiatrique. Je pleurais toujours. Ma plus grande craint étant d’être enfermée et coupée du monde, l’idée ne m’enchantait pas. Sans que je ne sache comment, une ambulance était en route pour m’y emmener tout de suite. J’étais sans affaires, la batterie de mon téléphone presque vide, je n’avais rien mangé de la journée, et une ambulance allait m’emmener. J’ai pleuré en disant que je ne voulais pas y aller, mais je n’ai pas eu le choix.

En arrivant à l’hôpital j’avais presque accepté l’idée en me disant que j’en ressortirais en me sentant mieux. Je suis entrée dans une unité et on a fermé la porte à clef derrière moi et Z. La pièce était sale, froide, avec une odeur bizarre. Des gens déambulaient en me regardant méchamment ou avec curiosité. Une femme d’à peu près mon âge m’interpelle en criant « C’est quoi ton nom? Hey! Comment tu t’appelles? » elle a de la nourriture autours de la bouche et je détourne le regard. Tous les patients me regardent bizarrement et je commence à trembler. Z murmure « Où on nous a emmené bordel? » je le regarde en ayant peur, je ne veux pas être enfermée ici pendant des semaines voire des mois. « Je peux pas rester là. » « Tu resteras pas là on va partir tout de suite. »

On va vers la porte mais elle est verrouillée. On demande a une infirmière de l’ouvrir mais elle répond « Vous êtes admise à partir de maintenant à l’hôpital, vous devez attendre le psychiatre. » Le psychiatre en question met trois quart d’heures à venir. Il demande à Z de me laisse pendant la consultation mais j’insiste pour qu’il reste. Le psychiatre fait la gueule. Il me coupe la parole beaucoup, il me traite avec condescendance et me parle de me prescrire un autre neuroleptique. Je dis non, il répond « On va essayer quand même. », je redis non, et lui « Essayons quand même. » il ne m’écoute pas, il m’interromps, il se vexe quand je dis que je veux sortir d’ici. « Evidemment qu’on ne va pas vous retenir si vous ne voulez pas rester. »

Après la consultation, Z et moi allons vers la porte en attendant que quelqu’un nous ouvre. Le psychiatre vient vers moi et me parle comme à une enfant en disant « C’est pas la peine de rester près de la porte comme ça, on ne bouscule pas les gens ici. », je me contente de dire « ouioui » parce que de toute façon je n’ai pas le pouvoir de décider quand je sors de cet endroit ou non. Je sens qu’il faut d’abord que je montre une forme de soumission face à cet individus, en acceptant de prendre son ordonnance pour le médicament que je refuse. Il finit par me serrer la main et nous ouvrir, et nous sommes partis de cet endroit atroce en nous jurant de ne plus jamais faire confiance à ma psychiatre.

Aujourd’hui je cherche un nouveau praticien en qui j’aurai confiance et qui ne tentera pas de m’envoyer à Shutter Island. Qui respectera mes choix par rapport à mon traitement et qui me donnera des clefs pour lutter contre ma maladie. J’ai l’impression de tout recommencer à zéro. C’est long, épuisant, et je suis fatiguée.

Lucy

Cet article est purement fictionnel:

 

 

Je me réveille. C’est l’été. Il fait très chaud, j’ouvre les yeux pour la première fois. Des couleurs, des tentures. Les motifs bougent. Je pleure. Mes yeux coulent énormément, je ne fais qu’un avec les gens que j’aime. L’amour m’emplis et se vide par mes larmes et mes rires. Je me roule par terre, je fais la fête, je fais l’amour. Les étoiles cette nuit là, plus belles que l’imagination sait faire. Je suis sereine, apaisée, je vais me coucher.

 

J’ouvre les yeux. Nous sommes le 10 octobre. Je regarde ma main et j’appuie sur mon doigt. Je distingue parfaitement les capillaires se comprimer, rendant le bout de mon doigt un peu blanc, et se remplir à nouveau, rosissant la chair comme une avalanche de sang microscopique sous ma peau.
Je m’étire dans le jardin qui semble être fait en plastique. Ma souplesse est sans pareil, je me plie comme un marshmallow à côté d’une plante et je l’écoute respirer. J’écoute la musique de l’appartement et regarde pour la première fois ma famille comme étant ma famille. Je ne pleure plus depuis longtemps, j’ai juste un sourire serein. Demain tout sera facile.

 

J’ouvre les yeux. J’ai tellement pleuré. J’ai tellement eu mal. Nous sommes le 9 novembre et les dernières 72 heures sont tâchées dans ma mémoire comme un tourbillon noir, un vortex de douleur qui m’a torturé sans répit. La douleur quitte mon corps par des derniers spasmes et sanglots. Lucy purifie mon âme, digère des semaines d’émotions. Je me sens enfin apaisée. Je repense à la dernière fois que je me suis sentie en paix. C’était il y a longtemps. Ma famille me parle, me dit des mots d’espoir. Je l’écoute. Je me rappelle que je suis malade. Mais oui c’est vrai, malade. Je peux m’en sortir, je vais m’en sortir, j’ai tout pour réussir. Je ferme les yeux.

 

J’ouvre les yeux. Je vois mal mais je me sens mieux. Je suis sur un banc. Le décors indique que c’est noël. Les gens marchent dans la rue. Il y a des palmiers. Des palmiers à Noël ? La couleur du ciel indique que c’est la nuit. Nous sommes au restaurant, une guirlande flashy au dessus de nos têtes. Je pense à Lost in Translation. Je vois les gens non pas comme des figurants, mais comme les acteurs principaux de leurs propres films. Les gens ne me veulent pas de mal. Je comprend ça.

 

J’ouvre les yeux. Je regarde le calendrier. 4 janvier. J’essaye de me rappeler la dernière fois que je les ai eu aussi ouverts. J’ai essayé trois semaines plus tôt sans grand succès. Une fois de plus les émotions se lavent sur moi. La peur, la colère, la haine, le désespoir, la joie, l’amour. Je vois l’amour qui me submerge encore une fois. La dose est plus forte. Je pense a ma famille comme souvent et je me sens un peu seule, mais surtout amoureuse. J’ai eu mal a nouveau. Beaucoup, et longtemps. Il faut que ca cesse. Je n’en peux plus d’avoir mal. Demain j’irai bien, demain j’irai mieux. Ce soir je me couche apaisée en regardant les étoiles de mon plafond. Demain, je demande de l’aide.

Maltraitance médicale et mauvaise foi

1730 mots

Temps de lecture: 10min

Trigger Warning : cet article comporte des mentions de viol, de suicide, de maltraitances et globalement des sujets qui peuvent heurter la sensibilité de certains d’entre vous.

 

 Il y a presque un an (le 19 novembre 2014), j’ai lancé après une mésaventure médicale le hashtag #PayeTonUterusqui est devenu trending topic national en quelques heures. Les médias se sont emparés du sujet et le buzz s’est propagé. On en a entendu parler sur tous les sites d’infos, à la radio, et à la télévision.
Ce hashtag avait pour but de faire parler les gens sur les maltraitances médicales et en particulier sur les maltraitances gynécologiques. On m’a demandé si j’avais été surprise de l’ampleur du phénomène, et j’ai dit que non.

 Non, ça n’est pas surprenant qu’un tel sujet touche autant de monde, parce que la maltraitance médicale est un problème systémique, et non pas un ensemble de « mauvaises aventures » et de « dérapages » isolés.
Si les remarques désagréables des médecins, les insertions de spéculum sans prévenir, les bisous sur le sein après l’examen, de « déshabillez vous » de but en blanc, étaient des cas isolés, le hashtag n’aurait jamais reçu plusieurs dizaines de milliers de tweets en quelques heures. Le problème est global.
 D’ailleurs, les personnes ayant un utérus ne sont pas les seules à subir de la maltraitance médicale. C’est aussi très courant dans le domaine de la psychiatrie, que ce soit lors d’une consultation, ou lorsqu’on séjourne dans un hôpital psychiatrique.

 Ce Vendredi 23 octobre 2015, soit près d’un an après, j’ai écouté une émission de radio parlant du sujet, – que vous pouvez écouter ici, ou bien lire sur ce storify d’un live tweet de hygiesuperbowl. – Et je suis outrée par ce que j’ai entendu. L’invité qui est amené à s’exprimer le plus est le Professeur Herve Fernandez. Son titre de professeur est important, parce que c’est plus qu’un médecin, c’est un enseignant. Il dirige le service de gynécologie obstétrique du Kremlin Bicêtre, et forme les étudiants passant par son service (externes et internes).

 Pendant toute l’interview, le Pr Fernandez va faire preuve d’une mauvaise foi et d’un déni à toute épreuve. Il commence par dire « je ne dis pas que les femmes* mentent,… » ce qui ne présage rien de bon. Il poursuit en effet en disant que ce genre de « dérapages » n’existent plus depuis 40 ans. Ce qui est évidemment faux. La grande majorité des personnes ayant tweeté sur ce hashtag ne sont pas ménopausées, ont vécu et continuent de vivre l’abus d’autorité des personnes en blouse. Je trouve ça un peu fort de café de la part de Fernandez de tenter de diminuer l’importance du phénomène en disant que c ‘est un « effet web » ou un « buzz », parce que ça fait un an que cette conversation a été lancée et qu’on en parle encore aujourd’hui. De plus, quand il dit « ça n’arrive pas depuis 40 ans », on a l’impression qu’il essaye de dire « ça n’arrive pas chez moi. », et OK, c’est très bien. On sait que Not all Gynécos sont maltraitants, mais ce qu’on essaye de vous dire c’est que Yes all Uterus-people ont été maltraités.

 Quand Fernandez part sur la défensive et refuse d’écouter les victimes, il chie dans son froc parce qu’il sait que prendre en compte la douleur de ces personne implique de réformer la façon dont les médecins exercent la médecine, et ça passe par réformer l’enseignement. Et étant professeur dans un centre hospitalo-universitaire, ça demande beaucoup d’effort de réflexion et de remise en question, et un homme pressé comme lui n’a simplement pas le temps pour de telles broutilles. Après tout quand on est du bon côté du spéculum, je peux comprendre, ça semble beaucoup moins urgent.

 Seulement, en tant que professionnelle de santé, en tant que femme souffrant de maladies psychiques, et ayant été de nombreuses fois confrontée à des épisodes très douloureux avec des gens en blouse, j’en ai juste marre d’attendre que les dominants se décident à traiter leurs patients avec respect.

 La relation médecin-patient est à l’heure actuelle un rapport hiérarchique, dominé par le médecin. Le patient vient voir son médecin dans un état d’esprit particulier. Il a peur, parce qu’il est malade, et parce qu’il va soumettre son corps et son âme à un inconnu. Mais c’est l’espoir d’aller mieux qui le pousse a consulter. Dans un monde idéal, le médecin et le patient auraient un échange qui apporterait autant de bien à l’un qu’à l’autre. Le patient pourrait s’ouvrir et le médecin écouter, et ensemble ils trouveraient une solution pour mettre le patient sur la voie de la guérison. – Apparté : Ce monde idéal existe, en vrai. Quand on va voir un homéopathe c’est souvent comme ça que la consultation se passe. Et c’est probablement ce qui explique le succès de l’homéopathie, mais cela mérite un article à part entière. –

 En réalité ce qu’il se passe dans le meilleur des cas, c’est des patients qui se bousculent sur le carnet de rendez vous blindé du médecin, ou bien un chef de service qui fait une visite par semaine dans ses chambres et torche chaque patient en 15 minutes, les yeux rivés sur le dossier qu’il connaît à peine. Et ça c’est quand ça se passe bien. Il arrive que des consultations médicales tournent au cauchemar pour les patients.

 Quand on consulte son généraliste pour une cystite, et qu’il sort d’une voix autoritaire « Déshabillez vous. », puis être tellement sonnée qu’on le fait, alors qu’il n’y a aucune nécessité médicale à faire se foutre à poil quelqu’un pour une cystite.

Quand on consulte pour la première fois de sa vie parce qu’on est en dépression, que l’on tend la main vers quelqu’un en dernier recours parce qu’on ne sait plus quoi faire. Et qu’on se retrouve tellement humilié en sortant que deux jours après on passe par une phase suicidaire.

 Adolescente je ne suis jamais allée voir un gynécologue pour obtenir une contraception, parce que je ne voulais pas avoir les jambes écartées et un objet en métal dans le vagin. Je pensais que c’était obligatoire de passer par là. Du coup je suis restée sans contraception et ma première consultation gynéco a été pour mon avortement. Donc quand Fernandez dit « Mais si on dit du mal de la médecine les femmes ne voudront plus se faire soigner » il n’a pas tors. Seulement la solution n’est pas de taire les maltraitances médicales, mais d’arrêter d’être maltraitant.

 Et qui de mieux placé qu’un chef de service, professeur universitaire pour montrer la voie à ses étudiants ? Surtout dans un service de gynécologie ! Est ce que ça mange du pain de proposer à chaque patiente de choisir si les étudiants assistent à la consultation et à la visite médicale ? Est ce vraiment trop chronophage et compliqué de demander à une patiente si tel externe peut lui faire un toucher vaginal, au lieu de passer outre son consentement et de lui faire subir un viol collectif ?

 A ce genre de questions les médecins et les carabins (étudiants en médecine) répondent souvent « Mais comment on va faire pour apprendre si on ne peut plus faire de TV sans prévenir, ou quand les patients sont endormis ? ». En fait ils seraient surpris de constater que quand on traite les patients avec dignité, nombreux sont ceux qui acceptent de laisser un étudiant apprendre un geste médical avec eux. Et ils seraient surpris de voir que c’est plus agréable aussi pour eux mêmes, parce que la leçon la plus importante dans tout ça n’est pas de savoir faire un TV, mais de comprendre qu’une relation égalitaire et respectueuse entre eux et leur patient est primordiale. Les TV, on a tout le temps d’apprendre à les faire, mais notre Pr Fernandez, à 60 ans et approchant de l’âge de la retraite, a toujours du mal à saisir l’importance du concept de consentement.

 Il semblerait qu’en 2015, on ne doive pas compter sur nos enseignants pour faire avancer l’éthique en médecine. C’est donc à nous, étudiants et jeunes diplômés de faire cet effort de remise en question. Je sais que c’est très difficile, notamment à cause du système hiérarchique des hôpitaux français. Si vous travaillez dans un service de gynéco, et que votre chef vous dit « faites un TV sur mademoiselle », que vous lui répondez « Euh, on lui a pas demandé son avis. Vous êtes d’accord ? » et qu’elle dit « Non. », vous avez toutes les chances de vous faire remarquer et de le subir par la suite pendant vos études. C’est néanmoins un travail qu’il va falloir faire. Parce que le status quo est maintenu en place par une génération de réactionnaires fainéants et qu’on vaut mieux que ça, pour notre métier et pour les gens, et aussi pour nous même.

 Ce qui serait bien, pour les professionnels de santé qui me lisent, c’est d’essayer d’écouter ce qu’on vous dit. C’est compliqué parce qu’on acquière plein de mauvaises habitudes à la fac, et en exerçant le métier. On a des prérequis, et quand on entend une femme dire « Un toucher vaginal sans mon consentement est un viol. » on a envie de dire qu’elle exagère et qu’elle ment. Ce qu’il faudrait faire maintenant c’est sortir de vos préconceptions , faire un pas en arrière et écouter. Pour vous, déjà. Parce que la mauvaise foi et le déni c’est loin d’être épanouissant. Mais quand vous aurez fait ça, vous aurez déjà fait le plus gros. Ensuite alors, vous pourrez lire des textes qui changeront votre vie et votre métier comme de nombreux écrits de Martin Winckler, notamment La maltraitance médicale est (vécue comme) un viol, ou bien Parole du patient, éthique du soignant ou encore le livre Le Choeur des Femmes, pour ne citer que ceux ci.

 En tout cas pour conclure, je suis vraiment contente de continuer à entendre parler de ce hashtag dans les médias. Les gens refusent de laisser cette conversation être balayée sous le tapis et c’est assez prometteur pour l’avenir. Dans son interview chez Morandini, le Pr Fernandez a émis la crainte que nous cherchions, avec nos « blogs », à casser la médecine. Oui, c’est ce qu’on veut, afin de créer un système plus juste et plus sain pour tout le monde.  

Pour aller plus loin :

*bien sur, il est cissexiste. Rappel : utérus =/= femme

Expecto patronum

Parfois dans la vie, on se retrouve dans une situation où les seuls mots qui nous viennent sont « Je t’aime. »
Ça m’est arrivé plusieurs fois, notamment quand S. était en voyage et que le nombre de messages qu’il envoyait était très limité à cause d’une mauvaise réception ou d’un manque de temps. Moins on avait de temps pour se parler et plus la conversation tournait autours du monomaniaque « Je t’aime. » « Je t’aime fort. » « Tu me manques. » « Fort. » « Toi aussi. »
Prononcer ces mots avec les larmes coulent, le cœur qui remonte comme une boule dans la gorge, prêt à s’envoler. Pour finir en se sentant plus léger, voir vide, et la peau des joues qui tire un peu à cause du sel.

tumblr_nw8ekqEpju1upwifco1_500

  C’est aussi les mots qui viennent quand on se retrouve après. Quand la distance, ou la peur de se perdre nous ont séparé. Quand on se réveille l’un à côté de l’autre et qu’on en veut presque au sommeil de nous  avoir pris ces quelques heures ensemble.

Ces trois mots qui apaisent le feu dans la gorge mais qui ne soulagent jamais assez. Ces mots qui exigent d’être répétés et réentendus. Alors on se le dit de plein de façons différentes. « Jtm. » « Je Tim Riddle. » « Fort joli. »
On se rappelle du tout premier « je t’aiiiiimeuuuuh!! » écrit sous MD, et de celui prononcé du bout des lèvres en sortant d’un service de la Pitié.
Cette petite phrase qui sauve la vie quand tout le reste a foutu le camp. Dans toutes les langues, et même sans les mots. Avec les yeux et la peau, on se le fait sentir, on recommence.

Lors des pires jours, se rappeler des « Je t’aime. » qu’on stocke autant que possible dans sa mémoire. On aimerait tous les garder, et on les invoque pour conjurer une petite boule de lumière qui nous protège des détraqueurs, de cette dépression qui tente d’aspirer nos âmes. Et comme pour Sirius quand il était à Azkaban, je réalise que la dépression ne pourra pas me posséder et me détruire complètement tant que mon âme sera protégée par cette pensée qui est plus qu’un souvenir heureux, mais une obsession.

Des fois c’est tellement fort que je pense que ce sera le dernier. Le buvard, les fractales, le cerveau qui se noie dans une nébuleuse sensorielle, et les cœurs qui explosent quand on jouit les yeux dans les yeux en disant

  « Redis moi que tu m’aimes. »

Chère génération X

1803 mots

temps de lecture: 10min

Old Economy Ondine
Old Economy Ondine

Chère génération X,

Il faut qu’on parle. Et pour une fois vous allez vous taire et vous allez tenter d’écouter. Vous êtes de la génération d’après guerre. Vous avez grandit dans les années 60-70 et vous être entré à l’âge adulte dans de bonnes conditions. Les études étaient faisables , même agréables (« les plus belles années de ta vie, tu verras »), l’accès à l’emploi était optimal, les banques prêtaient de l’argent, vous baisiez sans capotes, il n’y avait pas toutes ces conneries de réseaux sociaux et de smartphones, bref c’était la belle vie.

Puis il y a eu la crise et là tout a basculé. Vos enfants désormais grands ont commencé à faire chier. A ne pas quitter la maison familiale, à galérer à finir leurs études (« Les redoublements ça va 5 minutes ! »), à passer leur temps sur Twitter ou Facebook, ils ne vous parlent plus, trop occupés à prendre des selfies ridicules et leur nourriture en photo pour les poster sur leurs réseaux. Ils commencent même à critiquer C dans l’Air quand vous tentez de regarder sur votre écran plasma, pour vous détendre de votre travail de cadre sup éreintant. Même que l ’employée de maison fait chier , elle a encore paumé la télécommande.

Vous n’avez pas compris, quand votre enfant est devenu végane, quand iel a commencé a parler en utilisant des pronoms qui n’existent pas pour parler de ses ami.es. Quand iel s’est teint les cheveux et a fait un tatouage débile de Harry Potter au lieu de chercher un job. Vous vous disiez que les convictions féministes de votre enfant était une phase d’opposition, une crise d’adolescence tardive. Qu’aujourd’hui les jeunes pensent que tout leur est du. Il faut dire que vous leur avez tout donné pendant leur enfance, et quelque part vous culpabiliser en vous disant que vous auriez du être un peu plus strict. Génération d’enfants Rois. De Tanguys. Hein vous aimez bien Tanguy. Mais Tanguy au moins il travaillait. Nous on est relous, on se dit dépressif, autiste, bipolaire, victime d’anxiété. Comme si on se complaisait dans les maladies mentales. On cherche à attirer l’attention, à fuir les responsabilités. Vous ne savez plus quoi faire de votre gamine coincée dans l’adolescence mais vous vous consolez en jutant sur la page Wikipédia du Syndrome de Peter Pan.

la-generation-y-au-travail
quel fainéant!

Vous n’en pouvez plus de cette génération Y. De ces jeunes qui se victimisent et en veulent à la terre entière. De ces fainéants qui en plus ont le culot de vouloir manger du tofu alors que ça coûte une fortune. Si elle veut son tofu elle a qu’à bosser pour ! Vous avez fait un enfant, puis deux puis trois puis quatre. Vous aviez hâte quand même au bout d’un moment, qu’ils aient 20 ans et deviennent autonome. Seulement ils ont 26 et 28, les plus âgés, et ils ne gagnent toujours pas leur vie ! Même que le petit dernier aura son bac dans deux ans, et les grands pourraient se bouger quand même ! Comment vous allez faire pour payer pour tout le monde ! A 28 ans on est pas sensé pomper le fric de ses parents, c’est scandaleux, on devrait cotiser pour vos retraites plutôt ! Enfin bon vous gueulez pas trop fort non plus, parce que même si vous leur donnez 500 euros chacun par mois, vous gagnez de l’argent sur leurs dos parce que vous déduisez des sous de vos impôts hein ;);) Donc vous leur chier sur la gueule mais vous prenez bien soin de ne pas leur révéler ces informations au cas où ils vous demanderaient plus de fric (cad ce que vous leur devez en fait).

Mais franchement je vous comprend. C’est quoi cette génération Y qui a l’arrogance de vous reprocher d’avoir détruit l’économie et l’écologie ? Qui porte un discours pseudo politique sectaire en parlant de Revenu de Base ou de Salaire à Vie ? C’est quoi ces jeunes qui veulent faire la révolution alors que la vie n’a jamais été aussi facile ? Et de quel droit remettent ils sans arrêt en question le status quo ? Génération du mariage pour les pédés, du « genre » comme si ça avait autre chose à voir que de la foutue biologie. Des sexualités qu’on ne comprend même pas « ma fille est greysexuelle qu’est ce que j’ai raté dans son éducation ». Génération de féministes, la bonne blague ! Qu’ils aillent faire du féminisme en Iran là où la femme est vraiment aliéné. De toute façon cette jeunesse a tout. A commencer par la jeunesse. C’est eux qui dominent la société, parce que quand on est jeune on a tout. La preuve, on voit des jeunes partout sur les pubs, à la télévision. Ils règnent sur le monde. Avec une belle peau et un corps svelte comment pourrait il en être autant ? Ils sont juste paresseux et égoïstes. Vous, a 25 ans, vous aviez deux enfants, un crédit pour la maison et deux voitures et c’est TOUT. Vous n’aviez pas la chance incroyable d’utiliser un smartphone.

grid-cell-9730-1369522814-3

Vous n’aviez pas Netflix. Même qu’il n’y avait pas de GPS et que pour allez chez la belle mère il fallait s’arrêter sur la bord de la route pour lire une carte ! Ces cons, de jeunes, ils ne savent même pas lire une carte, ni calculer sans une calculatrice. On leur mâche le travail avec toute cette technologie, c’est pas étonnant qu’ils ne veuillent pas bosser.

Bon j’arrête mon flan. Vous l’aurez compris chers parents, et chers représentants de la génération X, je suis en colère. Une colère « stérile » comme dirait certains d’entre vous. J’aimerais vous expliquer en quoi chacun des arguments exposés plus haut (avec beaucoup d ‘ironie vous l’aurez compris), est stupide, agiste et oppressif, mais j’ai trop souvent essayé d’avoir cette conversation en souhaitant à la fin avoir essayé de discuter avec un mur, tellement vos réactions puent le déni et la mauvaise foi. Je me sens en totale rupture avec votre génération. J’en ai marre de vous avouer que je suis en dépression pour me faire entendre dire « Quand on veut on peut. » « Accepte de grandir et ca ira mieux . » « Si tu trouvait un job… »

tumblr_numjeeGpJZ1tlysvdo1_500

J’en ai marre de tendre la main pour recevoir de l’aide, et être regardée avec condescendance avant de me faire chier dans la bouche. Je ne sais plus comment communiquer avec vous, et ce n’est pas faute d’avoir essayé. Pourtant selon vous c’est MOI qui suis fermée à la communication.

J’en ai assez que toutes les fois où vous m’adressez la parole c’est pour me dire « Alors, le bac ? Alors le concours ? Alors les partielles? T’es en quelle année ? Bientôt fini ? Alors la thèse ? Et tu bosses toujours pas ?? Ça fait deux mois que tu fous rien depuis la fin de tes études ! » pour ensuite me reprocher de répondre à peine, d’être incapable de communiquer. Seulement, quand je répond que les études sont dures, que je suis au max de mes capacités mais que je n’y arrive pas, que j’essaye de chercher du travail mais que je suis paralysée par une douleur psychique et de la fatigue chronique, vous ne m’écoutez pas. Vous dénigrez tout ce que je suis, vous vivez mes convictions politiques différentes des vôtres comme un affront personnel, comme si j’avais bâtis ma personnalité en opposition à la votre EN FAISANT EXPRES.

De toute façon pour vous, je suis juste une ingrate qui tire sur le porte feuille dont vous sortez généreusement un billet de cinquante pour que j’aille m’acheter de la bouffe de riche (tofu et autre trucs de bobos dans votre imaginaire, du riz et du café en vrai).

En vrai, malgré votre générosité, je vis sous le seuil de pauvreté. Sans le freeganisme et mes amis qui m’invitent à manger, j’aurais faim souvent. Je sors très peu. Déjà parce que les sorties à Paris sont chères, et aussi parce qu’avec la dépression je suis parfois incapable de monter dans un RER. Le harcèlement de rue me paralyse. Sortir est toujours un effort intense, quand c’est pour voir quelqu’un que j’aime ça vaut le coup, mais si c’est pour aller subir un repas de famille carniste à base de discussions agistes et de « et ta thèse ?? », je préfère économiser mon énergie.

Je ne suis dans aucune secte. Personne ne m’a monté contre vous. Nous vivons juste dans un monde différent et vous refusez de le voir. Dans mon monde, à 25 ans, on est parfois loin de la fin des études. On n’a même pas de projet d’acheter une maison, parce qu’on est réaliste et on sait qu’avec un smic ça n’est pas possible. On ne veut ni se marier, ni faire d’enfants. Pas parce qu’on est coincé dans l’enfance, mais parce qu’on vous a vu divorcer, et on vous voit en rupture avec nous. Et nous ne voulons pas de ça ni pour nous, ni pour des enfants imaginaires. Nous, à 25 ans, on fait des stages et des stages, jusqu’au burn out, la dépression sévère. On ne fait pas semblant. Vous n’avez juste pas idée de la difficulté que c’est. Vous parlez de mérite sans arrêt, que vous vous êtes battus, que vous n’avez rien volé. Nous on se bat, grave. Fort et longtemps. Et on a rien. On est payé en « expérience ». J’ai 26 ans, j’ai bossé 5 stages et trois jobs différents pendant les 8 dernières années, et je n’ai rien cotisé pour les retraites. Par contre j’ai fait deux burn out à 25 ans. Deux. Et je les sors pas de mon cul les Burn Out. Ca m’est arrivé parce que les étudiants sont pressés comme des citrons.

Alors après tout ça, aujourd’hui j’ai décidé quelque chose. Je ne vais plus culpabiliser. J’ai fini de m’en vouloir de ne pas contribuer aux PIB et aux retraites. Je ne vais plus me sentir mal de ne pas avoir envie de vous parler de ma vie quand vous en détestez toute la substance. Je vais continuer de faire ce que je veux de mon corps, avec mes poils, mes piercings et tatouages, et je ne vous rendrai plus de comptes. Je n’appellerai plus ma grand mère à son anniv parce que je la connais pas cette meuf, et je passerai Noël avec les gens que j’aime et qui me font du bien. Je vais apprendre à reconnaître mon travail d’écriture sur mon blog, mon jeu de guitare, mes lectures comme d’autant d’activités productives, même si ça ne m’apporte pas d’argent (de toute façon je n’ai jamais gagné d’argent pour le travail alors fuck).

Cela dit, malgré ma colère et mon amertume j’espère qu’un jour vous aurez le courage de ravaler votre orgueil et d’écouter ce que ma génération dit. Ça ne me fait pas plaisir, ce fossé générationnel. Je n’y suis pour rien, et j’ai le mérite de comprendre votre point de vue mieux que vous ne l’imaginez. A vous de faire un effort maintenant, quand on veut on peut.

Pour aller plus loin:

Les vieux, ces cons – sur Piment du Chaos