The Greater Good

Ce matin je me suis réveillée et une amie m’a partagé un article d’une militante qui allait dans le même sens que celui de Zerh et l’Elfe, donc à priori un article qui allait me plaire.
A la fin de la lecture, tout ce qu’il me restait dans l’esprit était un nuage de mots:

« concernés », « légitime », « shitstorm; call-out », « privilège », « oppressés; opprimés », « nos milieux militants », « tone policing », « neuroatypie », « victim blaming », « safe »…

le code c'est pas

le code c’est pas « le code? »

Comme ce langage codé n’a de sens que pour ces gens (si je prononce le mot « concerné » à mon frère, il n’aura pas le même sens pour lui que pour moi), j’ai envie d’écrire cet article en évitant le champ lexical de la safitude. D’une part pour voir si j’y arrive, et aussi pour des raisons que j’expliciterai plus loin.
De mon ennuis et de ma méfiance vis a vis des justiciers en ligne. 

un militant 2.0

un militant 2.0

Il est vrai que j’en était une avant, j’en suis devenue une pour de bonnes raisons et j’ai participé à de nombreux lynchages, notamment contre des gens comme Navo, fabflorent, julien blanc, guillaume pley. Je ne me posais pas de questions, c’était drôle, ca défoulait, je gagnais des followers donc j’avais l’impression d’aller dans le bon sens. A côté de ca je n’ai jamais écris d’article pour parler des problèmes de fond derrière ces épisodes de colère (culture du viol, discrimination envers les gros, les malades mentaux, etc). Je ne me posais pas de questions jusqu’à ce que ce genre de violence ne s’abatte sur des proches ou simplement des gens que j’aimais bien.

Là j’ai réalisé que non contents de fliquer les gens extérieurs à cette communauté d’internet, nous nous fliquions entre nous.
La course aux followers est devenue une bataille d’égo et le moindre prétexte devenait bon pour dénoncer une personne à 1000 followers d’avoir dit de la merde à un moment donné.
Un truc ausis con que
« – WOA l’ELFE T’as conscience que t’es un zebre? Ca fait quoi de faire partie des 2%?
– J’ai pas besoin de ce genre d’étiquette pour péter plus haut que mon cul. »
Peut importe que cette femme ait bel et bien un QI très élevé, mettez là au pilori virtuel.

De nombreuses fois on a vu des anonymes poster des questions bordelines sur ask afin de faire glisser la personne pour mieux la punir après.
La chose à faire dans ce cas là étant de supprimer la question, s’excuser. Le problème étant que la magie des captures d’écran fait que c’est trop tard. La repentance n’existe pas.

On pourrait débattre longuement sur le fait que se battre contre des personnes au lieu des systèmes et croire qu’elles sont incapables de changer relève de l’essentialisme et de la déshumanisation des gens, mais ce n’est pas le propos. Quoi que pour une communauté se volant progressiste, je vais quand même vous laisser méditer sur le paradoxe.
Quand je suis devenue une victime de harcèlement sur internet, on m’a gentiment dit d’aller voir ailleurs. « Si tu te sens instable et qu’internet te fais du mal, éloigne toi. Prend soin de toi et pars d’internet. » et j’aimerais exprimer en quoi ça m’insupporte.

Déjà dans un premier lieu il y a la fore joli juxtaposition entre un « casse toi » et un « prend soin de toi », qui m’énerve parce que si on s’inquiétait vraiment de mon bien être on chercherait à savoir si ca va, pas à me couper mes moyens de communiquer, mais passons, la bienveillance malsaine ça va 5min. Voir quelqu’un insulter copieusement une personne à qui je tiens, alors que ca me fait du mal, puis la voir dire « Eloignez Ondine de ce mec, vous voyez elle souffre à cause de lui, que quelqu’un prenne soin d’elle. » ca ne m’inspire rien de plus que la nausée.

Deuxièmement, je suis assez perplexe quand je vois des gens de ma génération prononcer les mots « éloigne toi d’internet/twitter ». Entendre mes parents, ou toute autre personne de la génération X dire ça, ça ne me choque pas. Ca nous est tous arriver de simplement regarder l’heure sur notre portable et d’avoir un X nous dire « Olala ces jeunes toujours sur leurs téléphones, incapables de socialiser! »

cacaboudin

clic for more

Mais franchement, internet et les téléphones portables ont été dans nos vies depuis le collège. j’ai baigné très tôt dedans parce que mon père était un gros geek et devait trouver ca cool que son enfant aie accès à des moyens de communication aussi énormes aussi jeune. Et je suis assez d’accord. Avec l’arrivée des réseaux sociaux et des forfaits illimités, une nouvelle façon de sociabiliser a été inventé et fais partie de la vie de la majorité d’entre nous.

Dire à quelqu’un victime de harcèlement en ligne de quitter internet c’est comme dire à une femme d’arrêter de sortir dans la rue si elle veut qu’on arrête de la harceler dans l’espace public*. C’est 1) non réfléchi, pour ne pas dir stupide. 2) lui reproher à elle de causer le harcèlement, ce qui est cruel. D’autant plus quand vous parlez à une femme qui n’a jamais réussi à se sociabiliser dans toute sa vie, jusqu’à ce qu’elle ouvre un compte twitter et rencontre plein de gens cools. Vous ne pouviez pas savoir ca à propos de moi, j’en parle peu et je comprend des choses à propos de moi même tous les jours, mais c’est la raison pour laquelle il faut arrêter de réifier les gens et se rendre compte qu’on ne parle pas à un putin de pseudo mais à un être humain.

Un autre sujet qui va encore plus vous énerver, rapport à ce que je disais au début de l’article. C’est que Twitterland commence à me faire sacrément flipper.

Quand je lis un article, le vocabulaire est monolithique, les phrases sont tellement lues et relues qu’on peut les anticiper. Sur les groupes facebook, il y a désormais des lexiques de 30 pages avec des abréviations et des anglicismes impossibles à comprendre pour beaucoup de gens. Ce qui se voulait être une révolution personnelle et une déconstruction sociale est devenu une miro société avec ses règles à part entière. Des normes opaques qui avaient pour but de faire progresser le schmilblik mais qui ont fini par rendre ce milieu imperméable au monde réel.

Dans cette société, une hiérarhie existe, et est ni plus ni moins la hiérarchie mainstream inversée. Il faut parler en code, connaître le code, ne pas faire d’erreur, être irréprochable.
Les nouveaux sont percus avec méfiance et un manque de connaissance sur la « neuroatypicité » ou le « tokenism » est percu comme innaceptable.
Les anciens les plus virulents sont quand à eux tantôt percus avec peur tantôt avec respect.

Un autre point qui me rend mal a l’aise, l’apparition au sein de cette micro société d’agents.

L’agent, c’est en gros le Bon Militant, et la particularité du Bon Militant, c’est qu’il a détruit sa race au lieu de son égo. Il se bat pour le plus Grand Bien. C’est quelqu’un avc qui tu vas manger du hummus maison pendant les fêtes, et qui à la première occasion te cassera du sucre sur le dos en disant que t’es une sous merde pas végane comme il faut.
C’est quelqu’un qui dormira chez toi, mais partira en cassant un placard ,volant un chargeur, sans dire merci et qui te shitstormera à son retour quand tu auras dit un truc de travers.
C’est quelqu’un que tu as vu plusieurs fois IRL, avec qui tu as trinqué à l’imprévu, et qui a oublié de payer en partant. Quelqu’un qui te poussera à fermer twitter, et qui, quand tu le ré-ouvrera, s’empressera de dire « Ah, ondee a réac. Allez voir ses tweets dégeulasses. » tout en me disant en DM « Prend soin de toi, meuf. »

Le point commun de tous ces gens? Ils sont persuadés d’être dans leur bon droit, parce qu’ils œuvrent for the Greater Good. Un peu comme Grindelwald qui pour protéger les moldus décide d’en buter un ou deux.

Concluons sur cet extrait d’un très bon article de l’elfe, qu’on peut imaginer s’appliquer à cette situation.

« Penchons-nous sur les caractéristiques de l’individu intrumentalisé:

  1. Il a toujours recours au même schéma de pensée, qu’on lui a inculqué et non pas qu’il a inventé lui-même.
  2. Il s’est approprié ce schéma de pensée, de sorte qu’il est persuadé que c’est lui qui pense comme ça, et non pas que c’est quelque chose qu’il a appris d’autres personnes.
  3. Il rejette les idées extérieures, alternatives à ce système de pensée, en ayant recours à des arguments tantôt rationnels, tantôt non rationnels.
  4. Si on lui démontre l’incohérence ou le caractère nocif de ce système, il a recours au déni et/ou à l’agressivité.
  5. Toute remise en question du système est considéré par l’individu comme une attaque contre sa personne. »

Au cas ou vous ca ne serait pas clair, cette communauté ressemble de plus en plus à une secte. Raison pour laquelle j’ai arrêté de m’y interesser et pour laquelle je vais désormais faire autre chose de ma vie que « tweeter militant ». Je vais me faire des amis, continuer ma révolution personnelle. Et laisser cette conclusion en plan parce que les conclusions ca me soule et que de toute façon je ne vous ai jamais rien du.

*Oui c’est à la victime de décider de ce qui releve du harcèlement ou pas. Que ce soit sur le net ou dans la rue, même si le harceleur pense être gentil et dans son bon droit.

Publicités

5 réflexions sur “The Greater Good

  1. « Ce matin »… Mmh… J’ai un peu l’impression que mon article est « un peu » concerné pour le coup ^^

    Si c’est le cas, ‘fectivement tu marques un point : niveau jargonnage militant, il se pose là.
    Aheuh. *note à moi même : parler français, simplement, des fois*

    (si c’est pas de mon article que tu parlais… Osef, ton post m’aura quand même fait réfléchir et réaliser que j’ai un peu beaucoup jargonné, dans l’article en question. ^^)

    Aimé par 1 personne

    • Oui il s’agissait de ton article, j’espere que tu ne le prend pas mal, il s’agit d’un ressenti purement personnel de ma part sur la forme. Au niveau du fond il faisait du bien a lire.

      J'aime

      • Non non, du tout, au contraire, comme je l’ai dit, tu as pas tort du tout sur le fait que je me suis largement lâchée sur le jargonage militant dans ce texte. Tu fais bien de le faire remarquer, ça me fait réfléchir sur le fait qu’on a quand même un sérieux souci de « branlette intellectuelle » avec ce vocabulaire militant : Comment est-ce qu’on milite, s’il faut avoir absorbé une encyclopédie pour pouvoir piger le moindre article ?
        On fait quoi, à part prêcher des convaincus ?

        J'aime

  2. Exactement, on ne s’adressent qu’aux gens faisant déjà parti de la communauté, c’est contre productif et ca ne résulte qu’en batailles d’égo stériles. Ecrire des articles qui s’adressent aux gens en dehors c’est autrement plus difficile, et les retours sont virulents à chaque fois. je pense à l’article de l’elfe sur les Poires qui a recu des centaines de commentaires plus aflligeant les uns que les autres. Mais c’est CA, qui fait changer les choses.

    Aimé par 1 personne

  3. Les lexiques et anglicismes à n’en plus finir, oui, c’est juste lourdingue à la fin. J’ai fait partie du groupe Répondons pendant un certain temps sur facebook et me suis faite exclure un jour pour avoir défendu une idée qui ne plaisait pas aux modos. Ça ne sert pas la cause féministe une telle rigidité ou alors c’est assumé et elles n’ont pas l’intention de faire évoluer les choses ? Depuis je cherche d’autres groupes de discussion du même genre et je suis loin d’être la seule.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s