Un conte de thug life de Noël

Le larcin conifère de Nikita et Swim.

Laissez-moi vous conter l’histoire merveilleuse de Swim et Nikita. Un alchimiste et une rodeuse animés par le frisson de braver l’interdit. Partenaires en crime, ils décidèrent un soir de décembre de partir à l’aventure pour dérober un sapin.

Minuit et demi. Les renégats se préparent. Manteaux noirs, gants et cagoules, ils sortent et marchent en direction de la place aux sapins, enthousiastes en chantant et citant les Potter Puppet Pals. « IM TOP DOG, NO ONE CAN HAVE MORE TESTOSTERONE THAN ME COZ IM HARRY POTTER AND THE BOY WHO LIVED » « I ONCE HAD A DREAM THAT I WAS A PIG LIVING IN A FARM. OINK OINK OINK!”

Ils passèrent devant quelques bars encore ouverts, en se disant qu’il faudrait prendre un autre chemin au retour pour plus de discrétion.

Le plan était le suivant : arriver à la place aux sapins. Choisir le plus beau, l’enrouler dans la cape qu’un Chevalier offrit à Nikita quelques mois plus tôt, et rentrer en évitant la milice urbaine.

Ils arrivèrent devant les arbres et Nikita se dirigea vers l’un d’entre eux, tentant de le soulever elle réalisa qu’il était bien trop lourd. Plus lourd qu’un ordinaire arbre de Noel. Swim essayait à son tour mais ils durent se rendre à l’évidence que la bête était plus dur à décoller du sol qu’Excalibur de son rocher. En jetant un œil de plus prêt, Nikita aperçu des liens autour du tronc, et des pics de fer enfoncés dans le sol, sans doute mis en place pour que le conifère ne s’envola pas en cas de tempête.

« As-tu un objet tranchant ma Darling ? » demanda Swim
« J’ai ma chemise mais c’est mou. »
« Ok voilà ce qu’on va faire. On rentre et on revient dans deux heures avec de quoi couper ce truc. Il y aura moins de monde dans les rues en plus. »

Remontant les pentes de la ville, bravant le froid main dans la main ils rentrèrent bredouille mais avec l’envie d’en découdre. Un thé, et Swim chanta les aventures de Nikita en improvisant sur sa guitare. « Partis sans sapin et sans fruiiit, Swim et sa chère rentrèrent se mettre bien à l’abris GNA GNA GNA »

Ils choisirent ensuite les armes qui leur permettraient de venir à bout des liens tenant fermement les sapins au sol. Ils choisirent une dague aiguisée, un déluminateur, ainsi qu’une serpe argentée. Nikita pris aussi une plaquette de pilules magiques contre la peur au cas ou ils seraient arrêtés par la garde.

2h00 : Swim et Nikita sortent à nouveau, épuisés mais alertes. Les rues sont désormais vides et c’est d’un pas furtif qu’ils font le chemin une nouvelle fois. Capuche sur la tête. Les lèvres pincés ils affrontent le froid et la fatigue. Une nouvelle fois ils arrivent sur la place aux conifères. Une bande de jeunes au loin ne semble pas les remarquer. Comme une odeur de marie jane dans l’air.

« Passe moi la dague » demande Swim d’un ton viril et assuré.
« Tiens, je monte la garde. »

En un geste sec, Swim coupa le lien tenant l’arbre au sol. Il rendit l’arme à sa belle qui le regarda admirative. Elle se ressaisit puis rangeât l’objet dans sa besace. En sorti la cape noir et recouvrit le sapin.

Il attrapa le bas du tronc, et Nikita quelques branches, et ensemble ils partirent d’un pas pressé en prenant des chemins de traverses mal éclairés pour plus de discrétion. Moult fois ils durent rajuster l’étoffe qui tombait sur le sol. Ils croisèrent quelques voitures, sans conséquence, et une bande de mercenaires, sortant de quelque taverne, qui leur demandèrent depuis l’autre côté de la rue « C’est quel genre de sapin ca ? »
« Le genre Municipal. » s’esclaffa Nikita main leste.

Quelques très longues et difficiles minutes plus tard, ils arrivèrent dans leur repère. Et non sans difficulté réussirent à rentrer l’arbre dans la pièce principale. Ils réalisèrent alors que la chose était bien plus grande qu’ils ne l’auraient cru. Le sapin fait en effet la moitié de la pièce, et les mains griffées par les épines, les bras endoloris, le dos en sueur, ils éclatèrent de rire en tombant sur le lit. Impressionnés par leur performance, et réalisant l’ampleur de leur connerie.

« Mais qu’est ce qui nous a prit ? »
« Ca semblait une bonne idée sur le moment. »

edit: Cette histoire est évidemment inventée de toute pièce et toute ressemblance avec la réalité est fortuite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s